Non à la mégacentrale à biomasse à Gardanne

Ce dimanche 5 octobre, Jacques OLIVIER était présent à Gardanne pour s’opposer à la mégacentrale à biomasse d’E-ON.

Malgré un vaste mouvement de contestation citoyenne, malgré l’opposition de 400 communes dans les zones d’approvisionnement, malgré deux recours juridiques déposés contre l’autorisation, malgré les fortes critiques exprimées par de nombreux experts, syndicats forestiers, élus, citoyens…, la multinationale allemande E-ON poursuit ses travaux de mise en œuvre de ce projet aberrant. La centrale à biomasse brûlera presque un million de tonnes majoritairement d’arbres broyés en plaquettes, pour un rendement minable de 35% (le reste partira dans l’air) afin de produire de l’électricité. Elle viendrait en partie en remplacement de l’actuelle centrale à charbon de Gardanne.

Ce projet n’est aucunement écologique. Il recevra pourtant 1,5 milliard d’euros de subventions publiques sur 20 ans au titre du soutien aux énergies renouvelables.

Alors qu’un travail important de la part de tous les acteurs de la filière bois (Région, Conseil général, Collectivités locales, propriétaires forestiers, ONF, syndicats…) est réalisé depuis plusieurs années pour créer une interprofession et valoriser enfin nos forêts régionales, voilà que ce projet E-ON remet en cause tout cela.

De plus, cette mégacentrale à biomasse déstabilisera la filière bois. Elle menacera l’approvisionnement des 55 chaufferies locales actuellement en service qui auront des difficultés pour trouver du bois à un prix correct, mais aussi de gros opérateurs comme par exemple l’usine de pâte à papier de Tarascon.

Alors que la logique est à la relocalisation de notre économie et de notre énergie, une partie du bois viendra des forêts situées dans un rayon de 400 kms autour de Gardanne (notamment des Cévennes) mais aussi pour moitié de la forêt boréale du Canada. Chaque jour, plus de 700 camions viendront s’ajouter au trafic routier, pour le transport du bois et des cendres.
Aussi, plusieurs intervenants (citoyens, responsables associatifs, syndicats, élus locaux de plusieurs départements, conseillers régionaux, députés et eurodéputée) sont venus dire leur opposition à ce projet. Ils ont rappelé que la solution est d’abord dans la réduction de la consommation d’énergie, dans l’efficacité énergétique, dans les énergies renouvelables, dans la filière bois locale, mais en aucune manière dans ce type de projet qui n’est là que pour le profit des actionnaires. Les salariés n’ont aucune garantie de travail même à court terme ; cette mégacentrale détruira plus d’emplois qu’elle n’en créera.

Jacques OLIVIER et les élus régionaux ont portés une motion contre ce projet en février dernier. Elle a été votée lors de l’assemblée plénière du Conseil régional. Dimanche 5 octobre à Gardanne, les intervenants ont demandé l’arrêt immédiat de ce projet qui est une véritable menace pour la biodiversité de nos forêts, pour la santé publique et pour la filière bois local.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.