Le projet pour limiter les crues du Coulon est soumis à enquête publique

Le 13 janvier 2015, les commissions Environnement, Urbanisme et Agriculture se sont réunies à l’Hôtel de Ville pour faire le point sur le dossier du Coulon – Calavon.
Il s’agissait pour le maire de déterminer sa position sur le projet de solidification et de construction de digues, piloté par le Syndicat Intercommunal de Rivière du Coulon Calavon (SIRCC), en vue de préparer les observations dans le cadre de l’enquête publique, ouverte jusqu’au 29 janvier.
Au cours de la réunion, il a été dit que la mairie avait intérêt à avoir une position très forte et qu’il fallait faire des remarques qui serviront de base à un recours.

Pour Jacques Olivier, qui connaît bien ce dossier, la première mesure, la seule qui a une efficacité, c’est d’adopter des règles d’urbanisme adaptées à la zone, c’est-à-dire de mettre un terme aux constructions dans les secteurs les plus sensibles. Cette approche est d’autant plus fondée que la réalité du changement climatique augmente la probabilité de crues plus fortes à l’avenir.
Mais cela aurait du être fait il y a longtemps. Le résultat, c’est qu’aujourd’hui, de nombreuses habitations se retrouvent en zone inondable, et pas uniquement dans le quartier des Ratacans.

Compte tenu de cette situation, l’ancien maire du Thor considère que les études et travaux menés par le SIRCC sont ce que l’on peut proposer de mieux : « Le projet améliore fortement la situation en cas de petites crues. ».

Le projet du SIRCC est de rehausser les digues du côté de Cavaillon pour contenir les crues jusqu’à un débit de 485 m³ par seconde. Côté rive droite, le débit pris en compte est de 260 à 290 m³ au niveau des déversoirs, ce que conteste l’association Action Coulon qui réclame une protection pour un débit de 485 m³ de chaque côté.

Jacques Olivier explique les conséquences qu’aurait la mise en œuvre de cette demande : « Si on fait des digues de chaque côté pouvant contenir une crue de 485 m³, on inonde des terrains actuellement à l’abris des inondations, comme les Iscles et sur Caumont ». Dit autrement, cette option transfèrerait les inondations chez les voisins en aval. L’ancien maire du Thor a encouragé les uns et les autres à aller s’exprimer et apposer ses observations sur le registre de l’enquête publique, appelant chacun à la responsabilité : « Le projet du SIRCC doit se faire et l’intérêt général doit l’emporter. ».

Qu’est-ce que le SIRCC ?
Créé en 2006, le SIRCC regroupe 33 communes situées dans le bassin versant du Calavon, au sud comme au nord du Coulon. Il a pour vocation de mettre en oeuvre le volet B du contrat de rivière, c’est-à-dire la réalisation de travaux d’entretien et de restauration des berges et de protection contre les inondations.
Cinq communes, dont Le Thor, ne font pas partie du SIRCC, n’étant pas dans le bassin versant. Cependant, celles-ci sont concernées par les inondations du Coulon, c’est pourquoi elles sont régulièrement consultées et leurs avis écoutés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.