Débat d’Orientation Budgétaire « DOB »

Mardi 17 novembre 2015, avait lieu le Débat d’orientation budgétaire pour 2016. Nos représentants de la liste Dynamique et Solidaire ont vivement exposé leurs craintes au sujet de la politique municipale. Voici le contenu de leur intervention en conseil municipal :

Jacques Olivier :

M. le maire,

L’an dernier lors du DOB 2015, je terminai mon propos par ces mots :
« Oui, en conclusion, au Thor, les plus démunis et les agents vont payer votre politique et vous allez endetter Le Thor. Il s’agit bien là d’orientations clairement anti sociales. »

Les orientations budgétaires que vous nous présentez à travers ce débat démontrent mes propos de l’an dernier.

Vous vous êtes engagé à ne pas augmenter les impôts, ce que vous faites pour le moment, en contrepartie vous augmentez les tarifs.
Au lieu de la solidarité citoyenne et communale, au lieu d’un développement et d’une amélioration des services publics, vous préférez faire payer les services aux thoroises et thorois et notamment aux familles, à ceux qui ont des enfants, bref aux ménages les plus fragiles et les plus démunis qui n’auront d’autres choix pour certain d’enlever leur enfant de la cantine ou de ne pas les envoyer dans un accueil collectif ou un accueil jeunes.
Nous avons compris que c’est ce que vous voulez quand vous dites avec un certain cynisme : Un meilleur ajustement des prix permettra de mieux valoriser les prestations de la commune, d’augmenter marginalement nos recettes et de réguler une demande parfois trop forte.

Il se peut qu’un jour non seulement vous fassiez payer au prix forts tous les services de la commune, mais que vous augmentiez aussi les impôts à moins que vous ne sacrifiiez des pans entiers de la solidarité communale à travers la disparition des services publics.
Cette politique à un nom, c’est du néolibéralisme et c’est le contraire de la solidarité.

Si on analyse en détail votre document on se rend compte que vous annoncez beaucoup en disant que le freinage de la progression des dépenses sera dépendant de réformes et d’une rationalisation des structures de fonctionnement des services communaux.
Mais la suite de la lecture de votre document montre que vous n’êtes pas à la hauteur de cette déclaration.
Nous comprenons bien que le personnel va supporter des charges de travail importantes qui auront des conséquences sur le service public à la population.
Mais finalement en conclusion du chapitre 1, vous rappelez l’objectif initial en écrivant : Les ambitions en termes de programme ne peuvent qu’être adossées à une rénovation indispensable de la gestion communale.

Il s’agit là d’un principe de communication bien connu. Mais en vrai, concrètement, cela veut dire quoi ?
Qu’allez-vous enlever ?
Car ce que vous annoncez comme maitrise des dépenses de fonctionnement ne suffit pas, si on se place dans votre logique. Alors quoi ?

Plus précisément concernant les associations, elles apprécieront de voir leur subvention diminué de 10 % pour participer de leur plein gré au redressement des comptes de la commune, ce que vous dites dans la DM4 que nous venons de débattre : plusieurs associations, conscientes de la situation financière, ont décidé de ne pas solliciter de subvention de fonctionnement cette année. Vous nous direz lesquelles ?
Je vois d’ailleurs dans l’assistance des présidents d’associations certainement volontaires pour une baisse de la subvention de leur association. Les volontaires n’ont qu’à lever le bras.

Concernant le syndicat mixte de gestion de l’école départementale de musique et de danse du Thor, (nous avons posé une question orale à ce sujet mais on peut en parler maintenant), quel est son avenir ?
D’autant qu’il semblerait que les financements du CD soient remis en cause.

On se félicite que les réserves engrangées dans le mandat précédent permettent de baisser un peu la subvention du CCAS : espérons que cela suffise.

Concernant la relance de l’investissement, là aussi vous en parlez beaucoup mais nous ne voyons rien venir.
Vous dites : Ceci a permis d’engager, outres les travaux habituels, de grands travaux qui se poursuivront en 2016 à savoir :
– la rénovation du beffroi (350 000 €),
– le déménagement du Centre Communal d’Action Sociale,
– la création d’un City Park comprenant un Skate Park mais également des équipements d’athlétisme,
– et la rénovation extension de la crèche L’Arlequine.
Mais à ce jour, lesquels ont commencé ? Les études oui, mais les travaux ? Dites-nous ?…

Vous nous dites aussi que La municipalité souhaite également engager en 2016 une véritable réflexion sur le réaménagement du centre-ville avec plusieurs secteurs : la rue de la République, les places (du fer à cheval jusqu’au chasselas), le centre ancien et le pôle gare.
Pourtant une longue réflexion a été menée dans le mandat précédent sur ce sujet, inscrit dans le PAS Région.
Pour ne pas avoir poursuivi ce projet la commune a perdu beaucoup de temps et de subvention qu’elle ne retrouvera pas de sitôt.

Nous verrons donc bien lors du compte administratif, toutes choses égales par ailleurs, à quel niveau les réalisations effectives, qui comme vous le dites, devraient dépasser en exécution au moins les 2 M d’euros, seront réellement.

Car effectivement le financement des travaux devra en premier lieu être apporté par les ressources propres de la commune. Oui, mais pour 2016 et les années ultérieures, la capacité à dégager un excédent des recettes de fonctionnement sur les dépenses de fonctionnement sera problématique. Toutefois, cet excédent est le seul levier permettant l’accès à l’emprunt.

Ce qui nous ramène à vos grandes déclarations du début :
Dites-nous quelle rénovation indispensable de la gestion communale nous proposez-vous ?
La liquidation des services publics pour tous par exemple ?
C’est ça qui aurait été intéressant de lire dans un débat d’orientations budgétaires.
Las, vous n’en dites rien.

Intervention de Bruno RIPOLL

Bien que vos marges de manœuvre soient très limitées, il est souhaitable que vous ne fassiez pas porter de façon systématique et brutale le fardeau des économies de fonctionnement par les seuls agents de la commune. La mutualisation de services comme celui de l’assainissement au 1er janvier 2016 au sein de l’intercommunalité est une bonne chose, à partir du moment ou le niveau des services rendus à la population est maintenu ou amélioré, mais la mutualisation de tous les services n’est pas possible.
Il est nécessaire de maintenir des services de proximité de qualité auprès de la population, et notamment dans les écoles, les structures municipales d’accueil des enfants et adolescents, au CCAS et puis encore pour l’entretien des espaces publics, des équipements municipaux, pour maintenir la sécurité des thorois…
Mais pour permettre cette qualité de service donnée à la population, il est primordial de faire confiance aux fonctionnaires territoriaux.

Je dois vous dire Monsieur le Maire que je n’apprécie pas la stigmatisation que vous faites à leur propos en désignant notamment l’absence des personnels que la mairie comme un « fléau ».
S’il existe un absentéisme important parmi vos agents, il serait plus profitable pour vous de rechercher quelles sont les véritables causes de cet absentéisme plutôt que de les brimer ou de les contrôler systématiquement, comme vous l’annoncez dans votre document d’orientations pour la commune.

Véronique Agogué-Fernaillon :

« Les ménages les plus jeunes apprécieront que leurs enfants fassent les frais de la politique d’investissement que vous souhaitez maintenir à 2 millions d’euros par an, puisque dans ce contexte et suivant vos intentions il est permis de douter du sort réservé à la restauration scolaire d’une part, et douter également de l’universalité des loisirs jeunes dont l’augmentation des prix doit permettre d’en limiter l’accès. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.