Le festival c’est pas du luxe n’aura pas lieu au Thor

cestpasduluxe
A l’instar de la mairie de Cavaillon qui, en 2012, craignait de voir trop de sans-abri dans les rues de la ville, en 2014, la municipalité du Thor fait « la chasse aux pauvres »

 

Lettre reçue par Patrick Chassignet de la fondation Abbé Pierre :

iconepdf  refuscestpasduluxe

Suite à notre propre enquête informelle, il s’avère que nous n’avons jamais rencontré de personnes sondées. Cependant à cette occasion, nous avons croisé de nombreux(ses) thorois(es) contrariés par la suppression de cette manifestation.

en effet comme le disait Patrick Chassignet en 2012 au journal « La Croix » :

…dès le commencement des festivités, les opinions ont positivement évolué. Les craintes sont donc levées pour cette année (2012). Pour cette nouvelle édition il y en a même qui ont eu la gentillesse de proposer d’héberger les artistes du festival. En termes de symbole c’est extrêmement fort.

 

                                  CQFD

2 réflexions au sujet de « Le festival c’est pas du luxe n’aura pas lieu au Thor »

  1. « La fête des fait-NIAN »
    « Quand on n’assume pas ses idées, on fait mentir les autres! » – disait ma grand-mère.

    Par exemple, s’il y a une festivité dans votre commune et que vous ne souhaitez pas qu’elle ait lieu… mentez, dites qu’après en avoir longuement parlé autour de vous, personne ne souhaite reconduire l’expérience. Et vous voilà lavé de tout soupçon de déni de démocratie, d’attitude indigne, de rejet des pauvres.

    Parce qu’il pourrait s’agir d’une « fête de pauvres »! Vous savez ces traine-savates, chômeurs au mieux, sans domicile fixe souvent, voire pire! « Déjà qu’on les nourrit, on ne va pas en faire l’élevage » éructait ma grand-mère! Paix à son âme, elle est morte riche et en bonne santée!

    Elle avait une aversion pour les pauvres ma grand-mère, comme certain ont un kyste ou une verrue sur le nez. Ca lui est venu en croisant une femme qui demandait du pain dans la rue. Elle aurait demandé une adresse… ou l’heure, cette pauvre femme, ma grand-mère lui aurait donné illico! Mais du pain! Non franchement ces pauvres sont impayables! Du pain! Pourquoi pas du thé et des petits gâteaux.

    « Ah c’est pas le travail qui les fatigue, ces fait-nian ». Elle disait « fait-nian » parce que ça sonnait mieux. En tout cas ça exprimait bien ce qu’elle pensait, ma grand-mère : « fait NIAN! ».

    Alors vous pensez si on lui avait dit qu’on allait faire une fête des « fait-nians », elle aurait certainement consulté Sainte Rita, le Maire et tout le saint frusquin!
    Ah c’était quelqu’un ma grand-mère. Ce n’est pas aujourd’hui qu’on agirait de la sorte! Ca c’était avant. Aujourd’hui si on est pauvre c’est qu’on le veut bien et en plus on les nourrit, on les loge, les pauvres! On ne va quand même pas faire une fête pour eux!

    Une fête des « fait-nians » ce serait à vous dégoûter d’être riche!

  2. La fête c’est eux qui la font !
    C’est la production d’une année de travail, d’effort pour sortir d’eux- même, pour sortir du trou qu’ils ont ou pas creusé avec le reste du monde, le don c’est eux, nous sommes spectateurs et juste acteurs de notre présence, la ville prête son cadre.
    Beaucoup de thorois ont ouvert leur porte et leur table, cette partie grandissante d’hommes et de femmes que l’on a du mal a nommer sont les magiciens qui transforment les lieux et qui donnent au Thor un autre visage. Pour une parenthèse de deux jours ils donnent un an d’eux-même, nous sommes leurs invités, à nous d’être dans les cinquante spectateurs pour une unique représentation.
    J’ai rencontré des gens qui étaient fiers de pouvoir donner à voir combien ils étaient encore avec nous et surtout parce que lui et elle sont aussi moi, et ça, ne pas être capable de le reconnaître, c’est assurément ne pas être à sa place. Et se donner le droit de mentir au nom de la population est inqualifiable et doit être dénoncé car là encore monsieur BDN a oublié qu’il était le maire du Thor.
    A chacun son symbole
    Qu’est-ce qu’un symbole? C’est l’objet au sens large qui va représenter quelque chose par association. Un S va représenter un virage dans le code de la route ou la couleur rouge votre découvert sur le relevé de banque!
    On peut faire symbole de beaucoup de choses mais pas de tout.
    Allez symboliser la bêtise par exemple! Elle a tellement de formes et d’acceptions différentes qu’il est impossible de la symboliser par un seul graphisme, une seule couleur, un seul objet. Quelle pourrait être la couleur de la bêtise? Le bleu-marine? Le rose?
    Vous admettrez qu’il est difficile de lui attribuer une couleur particulièrement en ce moment.
    Alors on a pris l’habitude de caractériser les personnes par leurs actions voire inaction! Les rois fainéants, l’hyper-président, Flamby…
    Si un maire fraîchement élu, par exemple et par on ne sait quelle réaction hystérique, venait à transformer sa ville en commune avec OGM ou encore à vouloir interdire à tout prix une «Fête des Pauvres», prétextant une pseudo-consultation, ou pourrait le caractériser par ces faits. Il deviendrait alors OGM – O Grand Menteur ou encore le Bâton Des Fauchés.
    Mais de tels personnages n’existent pas! Bêtise et mesquinerie peuvent cohabiter dans un même personnage mais dans ces proportions ce serait un summum, une apogée, un top. Un festival!!
    Et c’est pas du luxe que de se méfier de tels élus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.